Que l’on souhaite se lancer dans l’aventure de la boulangerie-pâtisserie avec une première acquisition, ou qu’il s’agisse d’un second projet, le moment de la signature pour l’achat d’un fonds de commerce est important. Avant de se lancer, il est primordial de vérifier quelques points clés, pour être sûr de payer le bon prix… et négocier !

Calculer le prix en fonction du pourcentage du chiffre d’affaires

La donnée essentielle à analyser est évidement le chiffre d’affaires ! Pas simplement sur le dernier exercice, mais au moins sur les 3 dernières années. Ainsi, la valeur du chiffre d’affaires, ou même l’excédent brut d’exploitation (EBE) sont à décortiquer, année par année, mois par mois. Cette analyse va vous permettre de comprendre si le commerce est en phase ascendante ou plutôt en déclin. Regardez la proportion de ventes réalisées via des livraisons, si l’activité pâtisserie fonctionne… Le prix est, au regard de ces informations, déterminé en pourcentage du chiffre d’affaires HT. Pour les fonds de commerce alimentaire, la fourchette peut aller de 50 à 120 % (valeurs extrêmes). En règle générale, c’est à proximité des 80-90% du chiffre d’affaires que se situera le prix, les commerces qui sont jugés comme les plus forts pourront atteindre, voire dépasser les 100%.

Astuce : Regardez attentivement le nombre de jours de fermeture de la boulangerie. Si celui-ci est faible, alors vous avez un argument pour faire baisser le prix. A l’inverse, dans une grande agglomération, une boulangerie qui réalise de bons résultats, tout en étant fermée tous les week-end, sera logiquement estimée à une valeur plus élevée, car son potentiel est important !

La qualité du matériel et sa valorisation

Le chiffre d’affaires est la donnée essentielle pour calculer le prix, mais d’autres paramètres sont à intégrer. Parmi eux, le matériel et son état. Un coup d’œil sur les installations, et l’établissement en général permettra de constater l’entretien, et les éventuels travaux à réaliser (un diagnostic d’hygiène est possible). Ensuite, retour dans les chiffres et la comptabilité. Regardez l’actif immobilisé au bilan pour connaître l’état de vétusté du matériel. Logiquement, un four récent aura un impact sur la valeur du fonds de commerce, et augmentera son attractivité.

Il ne faut pas se focaliser sur la valeur du matériel (qui est résiduelle lorsque celui-ci est amorti), et se poser les bonnes questions en voyant l’outil de production et l’agencement du magasin. Les équipements sont « vendus en l’état », après un inventaire détaillé et la fixation d’un prix par un expert. C’est ainsi un sentiment général, un ressenti positif que vous devez avoir. Pour réaliser la bonne opération, faites vous accompagner par votre propre expert-comptable, qui saura vous aiguiller lorsque les chiffres se multiplient !

   

8414 vues au total, 1 aujourd'hui